Comment devenir Cat-sitter ? Quelle formation ? Quelles compétences ?

Le chat étant l’animal de compagnie préféré des Français, la plupart des foyers en possèdent au moins un à la maison. Ces foyers sont donc nombreux à rechercher des moyens pour faire garder leurs animaux en leur absence et parmi les solutions existantes, il y a le cat sitting. Tout droit importé des États-Unis, ce concept a permis aux passionnés de chat de vivre de leur passion tout en apportant de l’aide aux propriétaires. Effectivement, le cat sitter est un métier très intéressant pour les amoureux des félins, néanmoins, il demande quelques qualifications.

Cat sitter : en quoi consiste ce métier ?

Calqué sur le terme baby sitter, le mot cat sitter désigne une personne qui est chargée de garder un chat en l’absence de son maître, que ce soit durant une journée de travail ou pendant les vacances. Le travail du cat sitter peut prendre plusieurs formes allant de la garde de jour à l’hébergement de l’animal. Il appartient aux propriétaires de définir leurs besoins en matière de garde et de voir si le cat sitter propose les prestations souhaitées. Selon les cas, les propriétaires de chat optent pour la visite du chat à domicile afin que celui-ci ne soit pas obligé de quitter son territoire. En effet, le chat est un animal très attaché à son environnement et le moindre changement risque de provoquer de l’anxiété chez lui. Le cat sitter passera alors quelques heures avec l’animal au domicile du propriétaire, mais cela n’est possible que si ce dernier a une confiance totale en la personne du cat sitter. La seconde option consiste à garder le chat en famille d’accueil, c’est-à-dire au domicile du gardien. Le propriétaire a le choix entre un certain nombre de missions qu’il pourra confier au cat sitter. Généralement, la prestation inclut l’alimentation, l’entretien, les jeux et les promenades, mais les visites chez le vétérinaire peuvent aussi y être intégrées.

Devenir cat sitter : les qualités requises

Le métier de cat sitter est ouvert à tout le monde, qu’on soit jeune ou moins jeune. La condition la plus importante pour l’exercer est la passion des chats. Néanmoins, ce n’est pas une qualité suffisante. Comme le travail consiste à prendre soin des animaux de manière plus ou moins permanente, il est nécessaire d’acquérir quelques compétences fondamentales. Prendre soin d’un être vivant est susceptible de présenter des difficultés, c’est la raison pour laquelle le cat sitter doit être une personne responsable. Seule une personne dotée d’un grand sens de la responsabilité est capable de gérer les problèmes qui peuvent se présenter en l’absence du propriétaire. D’autre part, le cat sitter est une personne autonome, car il sera amené à gérer les problèmes par lui-même. Des décisions importantes devront par exemple être prises durant le séjour de l’animal, notamment en cas de problèmes de santé. Par ailleurs, un cat sitter est une personne disponible et capable de s’adapter aux besoins des propriétaires. Les périodes de garde dépendant entièrement de l’emploi du temps des propriétaires, le bon cat sitter saurait y répondre.

Devenir cat sitter : les formations indispensables

Le métier de cat sitter ne nécessite pas de diplôme spécifique, mais il existe des connaissances essentielles dont la personne doit disposer pour le pratiquer. Pour avoir accès à ces connaissances, il est souvent nécessaire de suivre des formations en matière de garde d’animaux. Il existe actuellement plusieurs organismes qui proposent des programmes complets de cours en présentiel ou par correspondance suivis d’un stage pratique. Ces enseignements permettent à la personne intéressée de découvrir et d’apprendre le métier, mais également de connaitre les démarches administratives obligatoires pour lancer son activité. Il faut par exemple que le cat sitter soit en possession d’un certificat de capacité animaux domestiques délivré par un organisme habilité par le ministère de l’Agriculture. Pour décrocher le certificat, le candidat est tenu de suivre une formation de 14 heures minimum et doit réussir un test d’évaluation.

Vivre du cat sitting : est-ce possible ?

Le cat sitter est libre de définir lui-même son tarif et sa rémunération dépend du nombre d’heures d’activité et du nombre d’animaux à garder, ce qui peut être aléatoire. En moyenne, un cat sitter obtient entre 5 et 20 euros par jour en fonction du nombre de fréquentation et des prestations fournies. Bien évidemment, cela concerne les cat sitters indépendants exerçant à domicile. Il est aussi possible de travailler au sein d’une pension et d’un centre de pet sitting en tant que salarié même si c’est plus rare. Le cat sitter percevra alors un salaire plus ou moins élevé en fonction de l’établissement. Toutefois, le cat sitter a la possibilité d’ouvrir son propre centre de cat sitting lorsqu’il a acquis quelques années d’expérience. Enfin, il faut savoir que les tarifs de la garde de chat varient selon les régions. Les prix sont plus élevés dans les grandes villes par rapport à la campagne, particulièrement en période de vacances.

Ajouter un commentaire